Une collection hollandaise

, ,
Open: Tue-Sat 11am-7pm

28 avenue Matignon, 75008, Paris, France
Open: Tue-Sat 11am-7pm


Visit    

Une collection hollandaise

to Sat 23 Jul 2022

28 avenue Matignon, 75008 Une collection hollandaise

Tue-Sat 11am-7pm

version française ici

Carl Andre, Alan Charlton, William N. Copley, Ad Dekkers, Richard Long, François Morellet, Merrill Wagner, John Wesley
Curator: Erik Verhagen

kamel mennour Une collection hollandaise 1

kamel mennour Une collection hollandaise 2

kamel mennour Une collection hollandaise 3

kamel mennour Une collection hollandaise 4

kamel mennour Une collection hollandaise 5

kamel mennour Une collection hollandaise 6

kamel mennour Une collection hollandaise 7

Beware of cultural particularities. Rigid associations. Categories and cliques likely to lock a body of work assembled by one and the same person into a national straitjacket. So what would a Dutch collection actually look like? What would be its specific character? In the historical context of contemporary art and its official channels, the Netherlands are known to have loomed large in the dissemination and reception of Minimalism, Conceptualism and Land Art in the late 1960s. One has only to think of the pioneering work – not just in Europe but internationally – of the museums in The Hague (Gemeentemuseum), Eindhoven (Van Abbemuseum) and Amsterdam (Stedelijk Museum). Of the exhibition Minimal Art at the Gemeentemuseum in 1968, curated by Enno Develing. Of Wim Beeren’s Op Losse Schroeven, the counterpart of When Attitudes Become Form, at the Stedelijk in 1969. Of Sonsbeek 71 in Arnhem two years later. And of all the events organised by Jean Leering and Rudi Fuchs in Eindhoven during the same decade. It is hardly surprising, then, that Minimal Art in the broad sense should be so generously represented in A Dutch Collection. A matter of DNA. Of heritage. And of a local aesthetic fuelled by centuries of Calvinist simplicity and involving the works of Mondrian, van Doesburg and well before them, Saenredam. Not to mention a way of seeing honed by the austere, full-time spectacle of landscapes knitted together around an unalterable horizon line, “that elusive join between an ever-changing sky and land which, via the interplay of every kind of nuance, sets off in search of the void”. (1)

It would be mistaken, however, to reduce A Dutch Collection to its apology for Minimalism and, incidentally, Land Art. Here too, it is worth observing the paths followed by Dutch institutions, which very early on sought to combine these lines, rectangles and circles with other narratives which, because of their supposed incompatibility, demonstrate a salutary complementarity. One only has to look back at some of Rudi Fuchs’s hangings at the Van Abbemuseum in the late 1970s and early 1980s, where rooms had a Carl Andre cohabiting with a Daniel Buren and a Georg Baselitz. Or to recall exhibitions such as Eye Infection (Stedelijk, 2001) and Exile on Main Street (Bonnefantenmuseum, Maastricht, 2009), which in recent decades have given pride of place to dissident American figuration. A figuration we find once again in this collection through the free spirits that are William Copley and John Wesley, happily reunited with Carl Andre, Alan Charlton, Ad Dekkers, Richard Long, François Morellet and Merrill Wagner.

—Erik Verhagen

Born in 1935 in Quincy (USA), CARL ANDRE lives and works in New York.
Born in 1948 in Sheffield (UK), ALAN CHARLTON lives and works in London.
Born in 1919 in New York, WILLIAM N. COPLEY died in 1996 in Key West (USA).
Born in 1938 in Nieuwpoort (Netherlands), AD DEKKERS died in 1974 in Gorinchem (Netherlands). Born in 1945 in Bristol (England), RICHARD LONG currently lives and works in the same city.
Born in 1926 in Cholet (France), FRANÇOIS MORELLET lived and worked there until he passed away, in May 2016.
Born in 1935 in Tacoma (USA), MERRILL WAGNER lives and works in New York.
Born in 1928 in Los Angeles, JOHN WESLEY died in 2022 in New York.

(1) Paul Claudel, L’œil écoute, Paris, Gallimard, 1946.


Il faut se méfier des particularismes culturels. Des affiliations rigides. Des catégories et chapelles susceptibles d’enfermer dans un carcan national un ensemble de travaux réunis par une même personne. À quoi peut dès lors correspondre une collection hollandaise ? Et quelle en serait la spécificité ? Au regard de l’histoire de l’art contemporain et de ses relais institutionnels, les Pays-Bas sont connus pour avoir joué un rôle conséquent dans la réception et diffusion des minimalisme et conceptualisme et du Land Art dès la fin des années 1960. Que l’on songe au travail pionnier à l’échelle internationale et pas seulement européenne entrepris par les musées de La Haye (Gemeentemuseum), Eindhoven (Van Abbemuseum) ou Amsterdam (Stedelijk Museum). À l’exposition Minimal Art conçue par le Gemeentemuseum en 1968 sous l’autorité de Enno Develing. À Op Losse Schroeven, le pendant de Quand les attitudes deviennent forme, au Stedelijk sous celle de Wim Beeren en 1969. À Sonsbeek 71 à Arnhem deux ans après. Et aux nombreuses manifestations organisées par Jean Leering ou Rudi Fuchs à Eindhoven dans la même décennie. On ne s’étonnera donc pas que l’art minimal au sens large du terme soit si bien représenté dans Une collection hollandaise. Question d’ADN. De patrimoine. Et d’un terroir esthétique irrigué par des siècles de dépouillement calviniste, les créations de Mondrian, van Doesburg et bien avant eux Saenredam. Sans oublier une vue aiguisée par le spectacle austère et permanent de paysages s’articulant autour d’une inaltérable ligne d’horizon, « cette soudure incertaine entre un ciel toujours changeant et une terre qui, par tous les jeux de la nuance, va à la rencontre du vide (1) ».

On aurait néanmoins tort de vouloir résumer Une collection hollandaise à son apologie du minimalisme et accessoirement du Land Art. Là aussi, il convient d’observer les voies tracées par les institutions néerlandaises qui ont en effet très tôt cherché à conjuguer à ces lignes, rectangles et cercles d’autres récits qui en raison de leur supposée incompatibilité témoignent d’une salvatrice complémentarité. Il suffit de revoir certains accrochages de Rudi Fuchs au Van Abbemuseum à la fin des années 1970 et au début des années 1980 où des salles voyaient un Carl Andre cohabiter avec un Daniel Buren et un Georg Baselitz. Ou de se remémorer des expositions qui à l’instar de Eye Infection (Stedelijk, 2001) et Exile on Main Street (Bonnefantenmuseum, Maastricht, 2009) ont fait ces dernières décennies la part belle à une figuration étatsunienne dissidente. Figuration que nous retrouvons dans cette collection à travers les électrons libres que forment William Copley et John Wesley joyeusement réunis aux côtés de Carl Andre, Alan Charlton, Ad Dekkers, Richard Long, François Morellet et Merrill Wagner.

—Erik Verhagen

Né en 1935 à Quincy (USA), CARL ANDRE vit et travaille à New York.
Né en 1948 à Sheffield (Royaume-Uni), ALAN CHARLTON vit et travaille à Londres.
Né en 1919 à New York, WILLIAM N. COPLEY est mort en 1996 à Key West (USA).
Né en 1938 à Nieuwpoort (Pays-Bas), AD DEKKERS est mort en 1974 à Gorinchem (Pays-Bas).
Né en 1945 à Bristol (Angleterre), RICHARD LONG vit et travaille dans la même ville.
Né en 1926 à Cholet (France), FRANÇOIS MORELLET y a vécu et travaillé jusqu’à son décès, en mai 2016.
Née en 1935 à Tacoma (USA), MERRILL WAGNER vit et travaille à New York.
Né en 1928 à Los Angeles, JOHN WESLEY est mort en 2022 à New York.

(1) Paul Claudel, L’œil écoute, Paris, Gallimard, 1946

Exhibition views « Une collection hollandaise  », curator : Erik Verhagen, kamel mennour (28 avenue Matignon, Paris 8), 2022 © the artists. Photo. Archives kamel mennour. Courtesy the artists, Studio Morellet and kamel mennour, Paris


more to explore:

 
 

By using GalleriesNow.net you agree to our use of cookies to enhance your experience. Close