Tursic & Mille: Tenderness

, ,
Open: Tue-Sat 11am-7pm

64 rue de Turenne, 75003, Paris, France
Open: Tue-Sat 11am-7pm


Visit    

Tursic & Mille: Tenderness

to Sat 24 Sep 2022

Artist: Tursic & Mille

64 rue de Turenne, 75003 Tursic & Mille: Tenderness

Tue-Sat 11am-7pm


version française ici

Almine Rech presents Tursic & Mille’s sixth solo show with the gallery.

In May 1959, Danish painter Asger Jorn (1914 – 1973) presented “Modifications [1]”, an exhibition at the Galerie Rive Gauche in Paris comprised of twenty or so paintings – mostly bought at flea markets – onto which he had in turn painted abstract or figurative motifs. The part-covering operation left the original paintings visible alongside the added elements. Among these works (Dans le Mille, Détournement de paysage, Arbre arbitraire, La vie d’une nature morte…) was Le canard inquiétant [2], a peaceful country landscape with a little house to the right of which Jorn added a huge, garishly-coloured duckling in the impastoed expressionist style, in stark contrast with the more conventional original, itself signed “Berton” in black, bottom right. Jorn added his own signature to the “improved [3]” painting, also in black.

Jorn was one of the founders of the CoBrA movement in 1948 (in reaction to the quarrel between abstraction and figuration), then the International Movement for an Imaginist Bauhaus (IMIB) in 1955, and later the Situationist International in 1957; in the catalogue for his “Modifications” exhibition, he published a text/poem titled “Détourned Painting” that came with a warning: “INTENDED FOR THE GENERAL PUBLIC. READS EFFORTLESSLY.” It begins like this:

“Be modern,
collectors, museums.
If you have old paintings,
do not despair.
Retain your memories
but détourn them
so that they correspond with your era.”

On June 7, 1959, Guy Debord wrote to Asger Jorn: “Your exhibition has created a major shock.”

Situationist “game” theories (which underpinned Jorn’s “improved canvases”) are definitely at work in the actual painting process that Tursic & Mille have been developing for the past twenty years. Although both are keen to avoid debating how they paint “with four hands”, they do admit that their works often make a strange vertical journey from the workshop of one on the first floor to the workshop of the other on the second floor, in one direction then in the other (a “vertical ping pong”, as they call it) – and sometimes not at all. When this happens, one artist “improves” on the other’s painting, and so on, as they have no precise preconception of what the canvas will ultimately look like: their painting is “made by being made”, often dictating its own rules, forcing the artists to a form of pragmatism. Their elaborate “layering” process is much more sophisticated than the traditional approach based on considering the background, and then the elements placed on the background: each new stage augments, or sometimes obliterates the previous one, and forces them to reconsider the painting in its entirety. Here, the painting commands. Tenderness, on show at Almine Rech Paris (and which gave its title to the exhibition [4]), is not a found and “augmented” painting, but rather an image of the whole process – more precisely a recording of the process, or at least its designation as a remarkable and singular event.

It would be an understatement to say that Jorn’s painting has cast its ominous shadow on the work of Tursic & Mille, who as early as 2013 painted a large canvas fittingly titled Le canard inquiétant. Featuring five female characters, it only departs from black and white to reveal a yellow, orange-beaked duck in its midst, in all respects identical to the plastic bath toy popular with children since the 1970s (a later sex-toy version called “vibrating duck” was surely not disagreeable to Tursic & Mille). The little duck became a recurring motif in their work: Jeune fille pleurant son canard (2019); pattern à la Toroni, repeated like a brushstroke in Untitled (2018); substituted for the book the young girl reads in Jean-Honoré Fragonard’s Jeune fille lisant (1770) for their own Jeune fille pensant (2020) – to name but a few.

“We discovered the painting when we were students at the Beaux-Arts in Dijon; it was a true revelation for us”, say Tursic & Mille. “While in France, painting seemed to some extent moribund and self-flagellating, Jorn managed to instil a sense of freshness, humour, freedom and insolence. This painting showed us that anything was possible, that painting was a tool both simple and powerful.”

In 2020, Tursic & Mille made a small oil on wood (63 x 53 cm) titled The Encounter (After Asger Jorn), augmenting Jorn’s painting with a T-Rex. In Tenderness, a much larger oil on canvas (230 x 320 cm), Tursic & Mille chose to sign the painting too, adding the initials “TM” to the copy of Jorn and Berton’s names. As they never sign their paintings on the front (like most artists today), the initials are less that authoritative, although they actively participate in blurring the tracks of authority: TM for Tursic & Mille, or perhaps TM for Trade Mark? What does a triple-signed painting signal in an age where everyone seeks to claim credit for their contribution[5] to a project far greater than themselves? Unquestionably, the surrealist “game” and its great freedom would today be faced with many hurdles. Tenderness offers a contemporary take on the Jorn painting it is based on, a take which “correspond(s) with (our) era” through both its conceptualization and execution: with its unyielding colour palette and masterful pictorial dexterity, it truly gives the mind and taste matter for excitement.

— Eric Troncy, Director of Consortium Museum, Dijon and Editor-in-Chief of Frog Magazine

[1] Modifications, 6 – 28 May 1959, Galerie Rive Gauche, 44 rue de Fleurus, 75006 Paris.
[2] On permanent display at the Museum Jorn in Silkeborg, Denmark, Le canard inquiétant (The Disquieting Duck) was vandalized on 29 April 2022 by an individual who defines herself as “a lesbian woman trapped in a man’s body” and later claimed the act was intended to spark a conversation around ownership. The act of vandalism consisted in gluing a photograph of herself on Jorn’s painting and adding her own signature in black permanent marker alongside those of Jorn and Berton.

The event was livestreamed on Facebook with the comment “If you’re around, you can go and admire my new work.” The museum remains unable to confirm that the canvas can be adequately restored.

[3] Asger Jorn called these works “improved canvases”, later preferring the term “modifications”.
[4] Likewise, Tenderness also gave its title to the Tursic & Mille retrospective recently held at the Consortium Museum, Dijon (4 February – 22 May 2022)
[5] The little cluster of signatures surely echoes the recent legal case Maurizio Cattelan won against one of his fabricators.


En mai 1959, le peintre danois Asger Jorn (1914 – 1973), présenta à la galerie Rive Gauche à Paris « Modifications [1] », une exposition composée d’une vingtaine de tableaux qu’il avait pour la plupart achetés aux puces, et sur lesquels il avait peint à son tour motifs abstraits ou figuratifs – une opération de recouvrement partiel qui laissait voir le tableau original tout autant que les éléments ajoutés. Parmi ces tableaux (Dans le Mille, Détournement de paysage, Arbre arbitraire, La vie d’une nature morte, …) se trouvait Le canard inquiétant [2], un paysage de campagne paisible flanqué d’une petite maison, sur lequel Jorn a notamment ajouté, dans la partie droite, un canard disproportionné, de style expressionniste, aux couleurs criardes, dont la facture empâtée tranche avec celle de peinture à l’huile classique du tableau originel – lui-même signé « Berton » en noir, en bas à droite. Jorn a ajouté au tableau « amélioré [3] » par lui sa propre signature : « Jorn » — pareillement en noir.

L’un des fondateurs du mouvement CoBrA en 1948 (en réaction à la querelle entre abstraction et figuration), et du Mouvement International pour un Bauhaus Imaginiste (MIBI) en 1955 puis de L’internationale Situationniste en 1957, Asger Jorn publia dans le catalogue de l’exposition « Modifications » un texte/poème intitulé « Peinture détournée », précédé d’une mise en garde : « Destiné au grand public. Se lit sans efforts. » et qui débute ainsi :

« Soyez modernes,
collectionneurs, musées.
Si vous avez des peintures anciennes,
ne désespérez pas.
Gardez vos souvenirs
mais détournez-les
pour qu’ils correspondent à votre époque. »

Le 7 juin 1959, Guy Debord écrivit à Asger Jorn : « Ton exposition a fait un sérieux choc. »

Les théories du « jeu » des situationnistes (qui sous-tendirent les « toiles améliorées » de Jorn) sont assurément à l’œuvre dans le processus même de peinture que Tursic & Mille ont mis au point depuis une vingtaine d’années : bien que l’un et l’autres s’emploient à déjouer les questions relatives à la réalisation d’une peinture « à quatre mains », ils admettent aussi que les toiles font souvent un étrange voyage vertical, depuis l’atelier de l’un au premier étage jusqu’à l’atelier de l’autre au second étage, dans un sens puis dans un autre (un « ping pong vertical » selon leur propre terme) — et parfois pas du tout. Mais lorsque c’est le cas, l’un « améliore » la peinture de l’autre et ainsi de suite, attendu qu’il n’existe pas d’idée préconçue exacte de ce que la toile sera au bout du compte : leur peinture « se fait en se faisant », dictant souvent ses propres règles, imposant aux artistes une certaine forme de pragmatisme. C’est un patient travail de « layering », bien plus sophistiqué que celui qui consisterait traditionnellement à envisager le fond puis ensuite les éléments sur ce fond : chaque nouvelle étape augmente et aussi parfois oblitère l’étape précédente et oblige à reconsidérer le tableau dans son entièreté. C’est la peinture qui commande. Tenderness présentée aujourd’hui à la galerie Almine Rech à Paris, et qui donne son titre à l’exposition [4] n’est pas un tableau trouvé et « augmenté » mais l’image de tout ce processus, ou plus exactement un enregistrement de ce processus, en tous cas sa désignation comme événement remarquable et singulier.

C’est peu dire que le tableau de Jorn aura projeté son inquiétante ombre portée sur l’œuvre de Tursic & Mille, dont une grande toile de 2013, déjà, s’intitule justement Le canard inquiétant. Elle figure cinq personnages féminins et ne se défait du noir et blanc que pour laisser apparaitre en son centre un canard jaune au bec orangé, en tous points semblables aux canards en plastique avec lesquels jouent les enfants dans leurs bains depuis les années soixante-dix (qu’une version sex-toy appelée « canard vibrant » soit apparue ensuite n’est pas pour déplaire à Tursic & Mille). Ce petit canard devint ensuite un motif récurrent dans leur œuvre : Jeune fille pleurant son canard, 2019 ; motif à la Toroni répété comme une empreinte de pinceau (Untitled, 2018) ou substitué au livre que lit la jeune fille du Jeune fille lisant, 1770, de Jean-honoré Fragonard dans leur Jeune fille pensant, 2020 – entre autres.

« Nous avons découvert ce tableau lorsque nous étions étudiants aux beaux-arts de Dijon et ça a été une véritable révélation pour nous. Expliquent Tursic & Mille. Alors qu’en France la peinture nous semblait un peu moribonde et auto-flagellatrice, Jorn insufflait un esprit de fraicheur, d’humour, de liberté et d’insolence. Ce tableau nous montrait que tout était possible et que la peinture était un outil aussi simple que puissant. »

En 2020, Tursic & Mille firent une petite huile sur bois (63 x 53 cm) titrée The Encounter (After Asger Jorn) qui offrait au tableau de Jorn une sorte d’écho augmenté d’un T-Rex. Dans Tenderness, cette fois-ci grande huile sur toile (230 x 320 cm), Tursic & Mile ont choisi de signer aussi le tableau, ajoutant leurs initiales (« TM ») à la copie des noms de Jorn et Berton. Comme (de même que la plupart des artistes aujourd’hui) ils ne signent jamais leurs tableaux en façade, ces initiales ont peu de légitimité – mais participent activement au brouillage des pistes de l’autorité : TM, pour Tursic & Mille, soit TM pour Trade Mark (marque déposée). Que signifie un tableau triplement signé à une époque où chacun revendique le crédit de ses contributions [5] à un projet qui le dépasse ? Assurément, le « jeu » surréaliste et sa grande liberté seraient aujourd’hui confrontés à tout un tas d’entraves. Tenderness prend appui sur le tableau de Jorn et en livre un écho contemporain, qui « corresponde à (notre) époque », dans sa conceptualisation comme dans son exécution, qui affirme une palette colorée sans ménagements, affiche une extraordinaire dextérité picturale, et offre à l’esprit comme au gout matière à l’excitation.

— Eric Troncy, Directeur du Consortium, Dijon and Editeur en chef de Frog Magazine

[1] « Modifications », 6 – 28 mai 1959, Galerie Rive Gauche, 44 rue de Fleurus, 75006 Paris.
[2] Exposée en permanence au Musée Jorn de Silkeborg au Danemark, l’oeuvre Le canard inquiétant fut vandalisée le 29 avril 2022 par un individu qui se définit lui-même comme “a lesbian woman trapped in a man’s body” et qui, rétrospectivement, prétendit vouloir de cette manière engager un débat sur la question de l’auteur. L’acte de vandalisme comprit notamment le collage d’une photo de cet individu sur le tableau de Jorn, et l’adjonction au marker noir de sa signature à celles de Jorn et de Berton.
L’acte de vandalisme fut par lui diffusée live sur Facebook assorti du commentaire “If you’re around, you can go and admire my new work.” Le musée n’est pour l’heure pas en mesure de confirmer que la toile soit en mesure d’être restaurée.
[3] Asger Jorn appela ces toiles des « toiles améliorées » puis choisit ensuite le terme de « modifications ».
[4] De même, Tenderness donna aussi son titre à la rétrospective que Tursic & Mille eurent au Consortium Museum récemment (4 février – 22 mai 2022)
[5] Cette petite fôret de signatures fait assurément écho au procès gagné récemment par Maurizio Cattelan contre un artisan-employé.

all images © the gallery and the artist(s)


more to explore:

 
 

By using GalleriesNow.net you agree to our use of cookies to enhance your experience. Close