Il est ici, jamais ailleurs

, ,
Open: Wed-Sun noon-6pm

46 rue de la Ferté Gaucher, 77169, Boissy-le-Châtel, France
Open: Wed-Sun noon-6pm


Visit    

Il est ici, jamais ailleurs

to Sun 28 Aug 2022

46 rue de la Ferté Gaucher, 77169 Il est ici, jamais ailleurs

Wed-Sun noon-6pm


version française ici

Leila Alaoui, Alejandro Campins, Nikhil Chopra, Berlinde De Bruyckere, Anish Kapoor, Carlos Martiel, Ornaghi & Prestinari, Susana Pilar, Kiki Smith, Marta Spagnoli, Pascale Marthine Tayou

GALLERIA CONTINUA / Les Moulins presents the group exhibition Il est ici, jamais ailleurs (It’s here, never elsewhere), which explores, through the works of eleven heterogeneous artists, the body’s capacity, both banal and fantastic, to project itself into utopian elsewheres.

Galleria Continua Les Moulins Il est ici jamais ailleurs 1

Galleria Continua Les Moulins Il est ici jamais ailleurs 2

Galleria Continua Les Moulins Il est ici jamais ailleurs 3

Galleria Continua Les Moulins Il est ici jamais ailleurs 4

Galleria Continua Les Moulins Il est ici jamais ailleurs 5

Galleria Continua Les Moulins Il est ici jamais ailleurs 6

Galleria Continua Les Moulins Il est ici jamais ailleurs 7

Galleria Continua Les Moulins Il est ici jamais ailleurs 8

GALLERIA CONTINUA is offering two thematic and complementary exhibitions in France: Il est ici, jamais ailleurs (It’s here, never elsewhere) in Les Moulins from 26 June 2022 and Il est ici, toujours ailleurs (It’s here, always elsewhere), in Paris from 7 July 2022.

The aim of these exhibitions is to question, through the work of the artists, the present linkages between the realms of the visible and the invisible. Whereas the visible seems traditionally associated with the very materiality of reality, being quantifiable and demonstrable, and so on the side of reason, the realm of the invisible, on the other hand, seems to be on the side of feeling, imagination – even superstition.

However, this vision of a very marked contradiction between the two realms of seeing is not unanimous. For some artists and thinkers, the paradoxical relationship between the two – rather than being a play of simple opposites – is often intimately symbiotic. The two exhibitions Il est ici, jamais ailleurs (It’s here, never elsewhere) and Il est ici, toujours ailleurs (It’s here, always elsewhere) consider the question from this perspective.

To do so, they refer to two short philosophical texts by Michel Foucault: Le corps utopique (The Utopian Body) and Les Hétérotopies (Heterotopias) (1), in which Foucault starts from the etymology of the word ‘utopia’ to develop his argument. While the Greek word consists of the root τόπος, tópos (‘place’) and the Greek privative prefix οὐ-, ou-, thus signifying a place ‘in a no place’, which seems purely imaginary, Foucault undeniably connects them to our bodies. “Utopia is a place outside all places, but it is a place where I will have a body without a body” (2).

The exhibition in Les Moulins is divided into several chapters that take up the main ideas of the text Le corps utopique (The utopian body), in which Foucault proposes thinking of the body as a starting point from which all utopias emerge. In the body, the elsewhere and the here, the real and the possible, as well as the visible and the invisible, can all meet. The exhibition also gives pride of place to the emptiness of doubt – the fertile ground from which thoughts are formed and turned.

First, Foucault’s definition of utopia is evoked through the painting series Badlands by Alejandro Campins. With their exemplary representations of mountains, these paintings strongly suggest the Arizona desert. The geological strata metaphorically echo the strata of painting, evoking the laying of superimposed eras. Deprived of any context other than atmospheric, these mountains stand out from the coloured backgrounds. They thereby become places that are at once immutable and floating, offering a reflection on pictorial space as purely utopian.

Berlinde De Bruyckere’s Aanéén (To-one) presents us with the relationship between the body and the soul. In the artist’s work, the animal skin evokes a recent morbidity. Influenced by religious iconography and the paintings of the great Flemish masters, where the most carnal elements become symbols of the spiritual, the great materiality of the piece presents us with a paradoxical view of the possibilities of elevation towards an elsewhere. The soul can be seen as the utopia conjuring up the whole ‘utopia’ of the body, – Foucault explains.

Other works by Berlinde De Bruyckere, Penis and Lelie, show us how, when in love, the body can only be inscribed in the irremediably present time of desire – where everything else in the world is dismissed.

With the works of Kiki Smith and Ornaghi & Prestinari, we discover, by contrast, how the body can also disappear, escaping through the force of narrative. Thus, in Kiki Smith’s Dormir (Sleep) it is no longer just the head that goes to the moon: the whole body follows it, as if placed in weightlessness, whereas in Ornaghi & Prestinari’s Prove di volo (Flight Tests), these are vases that, braving all dangers, are training to fly.

The works of Anish Kapoor contribute to creating an initial disturbance in this opposition between purely physical space and the space of the imagination. Kapoor gives us the opportunity to discover colours that are embodied by an affirmed materiality. In the rotogravures presented, the concave shapes so dear to the artist create a visual breakthrough, and suggest the volume of an imaginary space, in the undeniable flatness of the images.

Foucault notes that our bodies also have dark and mysterious places. Thus, behind the windows of our eyes, and as if just in the hollow of our heads, the inside and the outside of our bodies are mixed through vision; in places forgotten by all our consciousness, places both ‘beyond and away’, yet incredibly physical.

The works of Leila Alaoui, Nikhil Chopra and Pascale Marthine Tayou, for their part, allow us to discover that through social practices, even the bodily envelope – though very sensitive –, can bring the other and the elsewhere into the body. Traditional costumes, dresses and disguises clearly effect a visual but also an ontological change to the clothed being. The body here becomes the tool – but also the place – of all utopias.

In Anexión Oculta (Hidden Annexation), the body of Susana Pilar, a performer, recalls the body of the dancer evoked by Foucault, which can become, through practice and mastery, the product of its creations. Here, the line between what this body shows to the outside world and inner intentionality is blurred by the artistic and physical work.

Nikhil Chopra’s series of paintings on the first floor – depicting both real and dreamed landscapes – and Marta Spagnoli’s The Nest invite us to approach the world through our bodies as utopian anchors. Through the body, we can let ourselves wander to explore the present in absolute subjectivity. Doubt, listening and emptiness hold a primary place here, allowing possibilities to arise, by giving the utopia we have discovered in our bodies the capacity to invest other places in its turn.

The works of Carlos Martiel and Pascale Marthine Tayou, shown on the first floor, invest these possibilities politically. For, if, as Foucault posits, each body constantly produces utopias, then these are the ideal vectors for enabling us to imagine new worlds.

GALLERIA CONTINUA invites you, through the works exhibited in Il est ici, jamais ailleurs (It’s here, never elsewhere), to explore the present through the prism of the visible and the invisible; the body and its multiple utopias.

(1) Michel Foucault, Le corps utopique, Les Hétérotopies, Éditions Lignes, 2019
(2) Ibid., p.10.


GALLERIA CONTINUA / Les Moulins a le plaisir de présenter l’exposition collective Il est ici, jamais ailleurs, qui explore, à travers les œuvres de onze artistes hétéroclites, la capacité tout aussi banale que fantastique du corps à se projeter dans des ailleurs utopiques.

GALLERIA CONTINUA propose dans ses espaces en France deux expositions thématiques et complémentaires : Il est ici, jamais ailleurs aux Moulins dès le 26 juin 2022 et Il est ici, toujours ailleurs à Paris dès le 7 juillet 2022.

Le désir de ces expositions est d’interroger, par le travail des artistes, les enchaînements présents entre les régimes du visible et de l’invisible. Alors que le visible semble traditionnellement associé à la matérialité même du réel et se placerait ainsi du côté de la raison, étant quantifiable et démontrable ; le régime de l’invisible, lui, semble inversement se placer du côté du sentiment, de l’imagination – voire même de la superstition. Cependant, cette vision d’une antinomie très marquée entre les deux régimes du voir ne fait pas l’unanimité.

Pour certains artistes et penseurs, les rapports entre ceux-ci – plutôt que d’être le jeu de simples oppositions – sont souvent intimement symbiotiques. Les deux expositions Il est ici, jamais ailleurs et Il est ici, toujours ailleurs pensent la question sous cet angle.

Pour ce faire, elles font allusion à deux courts textes philosophiques de Michel Foucault: Le corps utopique et Les Hétérotopies (1), dans lesquels Foucault part de l’étymologie du mot utopie afin de développer son discours. Alors que le mot grec se compose de la racine τόπος, tópos (« lieu ») et du préfixe privatif grec οὐ-, ou-, et signifie donc un lieu « en aucun lieu» et semble purement imaginaire, Foucault les relie indéniablement à notre corps. «L’utopie est un lieu hors de tous les lieux, mais c’est un lieu où j’aurai un corps sans corps » (2).

L’exposition aux Moulins est rythmée en plusieurs chapitres reprenant les idées principales du texte Le corps utopique, dans lequel Foucault propose de penser le corps comme un point de départ duquel émerge toutes les utopies. Dans ce dernier peuvent donc se rejoindre l’ailleurs et l’ici, le réel et le possible, comme le visible et l’invisible. L’exposition laisse également une part belle au vide du doute – ce terreau propice duquel se forment et se retournent les pensées.

Dans un premier temps, la définition d’utopie citée par Foucault est évoquée au travers de la série de peinture Badlands d’Alejandro Campins. Ces dernières rappellent le désert de l’Arizona par des représentations de montagnes exemplifiées. Les strates géologiques font métaphoriquement écho aux strates de peinture, évoquant l’addition des temps superposés. Privées de tout contexte autre qu’atmosphérique, ces montagnes se détachent des fonds colorés pour devenir des lieux à la fois immuables et flottants ; proposant une réflexion sur l’espace pictural comme purement utopique.

L’œuvre Aanéén de Berlinde De Bruyckere, nous présente quant à elle les rapports qu’entretiennent le corps et l’âme. Dans l’œuvre de l’artiste, la peau animale évoque une morbidité récente. Influencée par l’iconographie religieuse et la peinture des grands maîtres flamands où les éléments les plus charnels deviennent des symboles du spirituel ; la grande matérialité de la pièce nous donne à voir de manière paradoxale les possibilités d’élévation vers un ailleurs. L’âme serait l’utopie conjurant toute la « topie » du corps – nous précise Foucault.

D’autres œuvres de Berlinde De Bruyckere, Penis et Lelie, nous évoquent comment, dans l’amour, le corps ne peut que s’inscrire dans le temps irrémédiablement présent du désir – et où c’est tout le reste du monde qui se trouve congédié.

Avec les œuvres de Kiki Smith et d’Ornaghi & Prestinari, nous découvrons, à l’inverse, comment le corps peut aussi disparaître ; s’évader par la force du récit. Ainsi, chez Kiki Smith dans Dormir ce n’est plus seulement la tête qui s’en va vers la lune: le corps entier la suit comme placé en apesanteur; tandis que chez Ornaghi & Prestinari dans Prove di volo (Tests de vol) ce sont là des vases qui – bravant tous les dangers – s’entraînent pour s’envoler. Les œuvres d’Anish Kapoor contribuent elles à créer un premier trouble dans cette opposition entre espace purement corporel et espace de l’imaginaire.

Anish Kapoor nous donne à découvrir des couleurs incarnées, à la matérialité affirmée. Dans les héliogravures présentées, les formes concaves si chères à l’artiste créent une percée visuelle et suggèrent le volume d’un espace imaginaire, dans le plat pourtant indéniable des images.

Foucault relève que nos corps disposent, eux aussi, d’endroits sombres et mystérieux. Ainsi, derrière les fenêtres de nos yeux, et comme juste au creux de notre tête, se mélangent par la vision l’intérieur et l’extérieur de notre corps ; dans des lieux oubliés de toute notre conscience ; des « au-delà » pourtant incroyablement physiques.

Les œuvres de Leila Alaoui, Nikhil Chopra et Pascale Marthine Tayou, nous permettent pour leur part de découvrir que même l’enveloppe corporelle – pourtant très sensible – peut, par des pratiques sociales, faire venir l’autre et l’ailleurs au sein du corps. Les costumes traditionnels, habits et déguisements apportant certes une modification visuelle, mais aussi ontologique à l’être vêtu. Le corps ici devient l’outil mais aussi le lieu de toutes les utopies.

Avec Anexión Oculta, le corps de Susana Pilar, performeuse, rappelle quant à lui le corps du danseur évoqué par Foucault pouvant devenir, par la pratique et la maîtrise, le produit de ses créations. La frontière entre ce que ce corps donne à voir au monde extérieur et l’intentionnalité intérieure étant réduite ici par le travail artistique et physique.

La série d’œuvres de Nikhil Chopra exposée à l’étage – représentant des paysages tout autant réels que rêvés – ainsi que la toile The Nest (Le nid) de Marta Spagnoli nous invitent à aborder le monde grâce à nos corps comme points d’ancrages utopiques. Par le corps, nous pouvons nous laisser divaguer pour explorer le présent dans la plus tendre subjectivité. Le doute, l’écoute et le vide gardent ici une place première, permettant aux possibles d’advenir; et donnant à l’utopie que nous avons découverte dans le corps, la capacité d’investir à son tour d’autres lieux.

Les œuvres de Carlos Martiel et de Pascale Marthine Tayou, qui sont présentes à l’étage, investissent ces possibles de manière politique. Car, si comme nous l’indique Foucault chaque corps produit en permanence des utopies, ceux-ci s’annoncent alors comme des vecteurs idéaux pour nous permettre de penser de nouveaux mondes.

GALLERIA CONTINUA vous invite, au travers des œuvres exposées dans Il est ici, jamais ailleurs, à explorer le présent sous le prisme du visible et de l’invisible; du corps et de ses multiples utopies.

(1) Michel Foucault, Le corps utopique, Les Hétérotopies, Éditions Lignes, 2019
(2) Ibid., p.10.

Il est ici, jamais ailleurs. Exhibition view at GALLERIA CONTINUA / Les Moulins. Courtesy of the artists and GALLERIA CONTINUA. Photo: Oak Taylor-Smith


more to explore:

 
 

By using GalleriesNow.net you agree to our use of cookies to enhance your experience. Close